[Catalunya]

Côte Vermeille


9h57, quelques brefs coups d’œil dans le rétroviseur et je pense à la journée d’hier, passée à faire des démarches pour ce projet commun avec Laura, « Les Cargolettes du Désert »! Une expérience humaine à vivre, pour un engagement précis et un dépassement de soi. Un projet qui pourrait nous faire voyager au Maroc avec le numéro 133, sur ce rallye féminin et solidaire des « Trophées Roses des Sables »! Cela me semble prometteur mais cela nous prend énormément de temps, de réflexions, de créativités et de sollicitations pour réunir les fonds nécessaires, afin de pouvoir y participer! Mais aujourd’hui c’est pour un tout autre projet que je me suis préparée en portant ma veste cintrée en jean, un chapeau et mes Stan Smith aux pieds. Je patiente dans ma voiture puis je le vois arriver avec son équipement, le photographe, avec lequel nous collaborons pour couvrir nos événements liés aux « Cargolettes du desert ». Il m’a sollicité afin qu’aujourd’hui on immortalise ensemble, la côte Vermeille, de Collioure jusqu’à Cadaqués pour son projet Catalunya Discover!

Derniers kilomètres sur la côte Française avant de passer le poste frontière, laissé en abandon, faisant surement le bonheur des amateurs d’urbex et de street art. La Côte Vermeille, s’étend donc entre les stations balnéaires de Perpignan, comme Argelès sur mer jusqu’à Cerbère, sur 30 km. Lumineuse par ses 320 jours de soleil par an, caractéristique par sa route sinueuse, pittoresque par sa diversité de paysages . Vignes, criques et autres sentiers du littoral,  s’entremêlent dans sa palette de couleur « vert, ocre, rouge. Et bien sûr sans oublier le ciel et la Méditerranée, se défiant pour vous donner le Bleu le plus flamboyant possible, afin de vous attirer dans les méandres d’un paradis terrestre. Puis Collioure…

Note: Notre itinéraire depuis Perpignan jusqu’au poste frontière de Cerbère, la Côte Vermeille, puis basculant sur l’Alt Empordà afin de rejoindre Cadaqués

Collioure

Note: Ruelle pittoresque et caractéristique de ce petit village.

Matisse, Derain, Chagall ou encore…Picasso bien connu pour avoir prit ses quartiers au bar des Templiers. Quatre peintres majeurs, quatre parmi tant d’autres, amateurs ou non, ayant posé leur chevalet sur Collioure. Mais pourquoi un tel engouement? une telle inspiration? Pour ce petit port, les orteils en éventail, sur une crique, profitant  du climat méditerranéen, se proclamant comme l’écrin de cette Côte Vermeille…

Plus je déambule dans ses entrailles en pavés, plus l’ambiance picturale m’imprègne et mes doutes se dissipent au rythme de mes foulées. Je longe les murs, pastellisés, aux couleurs chaudes, évitant de renverser les milliers de pots des plantes grasses ornant les bas des portes ou m’observant sur les bords des fenêtres. Une véritable jardinerie en plein air.

Note: La Maison de l’anchois est heureuse de vous accueillir pour vous faire découvrir ses anchois et produits régionaux.

Une légère brise pénètre les ruelles et voilà que mon chapeau s’envole!  Je le vois virevolter , rejoignant les pinceaux gouachés suspendus dans l’air, manquant de tâcher mes tennis blanches et ma chemise bleue rayée. Collioure est ainsi une douceur cérébral, un rêve, une invention de l’imaginaire une composition du myocarde en éternel battements, que certains artistes s’attèlent à immortaliser en aquarelles.

Je continue ma promenade dominicale avec le photographe et une devanture m’interpelle, Bleue et une date, 1903. Comme pour marquer que le village préserve en son cœur, petites échoppes et autres curiosités, vintages, d’un autre temps…Intemporel!
 
Je passe le seuil de la porte, posant mes pieds dans un univers marin, imaginant l’effluve caractéristique de l’anchois. L’anchois véritable spécificité voire emblème de ce petit port, aux allures de bout du monde. Me voilà, la bienvenue dans la « Maison Desclaux ».

 

 

Un ton seul n’est qu’une couleur, deux tons c’est un accord, c’est la vie. Henri Matisse

Note: Vue classique sur la crique où s’est implanté Collioure

Note: Maisons colorées sur flancs rocheux escarpés, un petit air de famille des Cinque Terre en Italie

Note: Maison Desclaux, Anchois, Mobilier vintage et une ôde au petit poisson et au savoir-faire de la Maison

L’Anse de Paulilles

Quittant le petit port d’artistes, au volant, après quelques minutes sur cette route sinueuse en direction de Port Vendres. Nous voici que nous arrivons sur l’Anse de Paulilles, loti entre le Cap Béar et le Cap Oullestrell! Site chargé en symboles et histoires, se disputant avec Collioure, le titre de bijou de la côte Catalane.

Note: Nous nous sommes abrités de la tramontane dans une de tour de guet avec vue sur la baie

Note: Pin et aménagements créés par le conservatoire du littoral, en harmonie avec leur environnement

En effet l’Anse de Paulilles est une ancienne dynamiterie Nobel, devenue friche industrielle à sa fermeture, sur une superficie de 32 hectares. Elle avait donc une dimension ouvrière. Une bâtisse imposante et cheminée de plus de 30m en son cœur en rappelle d’ailleurs l’histoire, sa mémoire.

Nous imaginons encore le bruit du siècle dernier, qui pouvait ressortir de cet endroit avec ses 300 âmes fabriquant plusieurs milliers de tonnes d’explosifs par an. Armement qui aurait servi tantôt aux gros chantiers du civil, comme pour le canal de Panama, tantôt à l’armée Française, notamment pour la guerre 14-18.

L’espace est maintenant propriété du conservatoire du littoral et a été réhabilité en une magnifique aire,  protégée par l’organisation Européenne Natura 200, afin de préserver la faune, la flore et les fonds marins. Dominée par le massif des Albères, les vignes et les multitudes de plantes et arbres qui la constitue. La baie offre de petites plages et promontoires rocheux !

Hors saison, l’ambiance est à l’introspection. Espace naturel luxuriant, les couleurs sont verdoyantes, grisées par le minéral, douces par cette lumière, rafraichissantes par la mer et les vagues.

L’Anse de Paulliles est une petite pause entre Collioure et Cerbère, avant de basculer sur l’Alt Empordà et manger des tapas sur Cadaqués. Elle est donc une étape incontournable de la côte vermeille…ou merveille, selon moi!

Note: Vue panoramique sur la baie depuis la tour de guet. Aménagements, plage, mélange minéral, végétal et aquatique.

Note: Espace naturel luxuriant, les couleurs sont verdoyantes, grisées par le minéral, douces par cette lumière, rafraichissantes par la mer.

♥-Rodrigo-♥

Catalunya Discover

Roadtrip #1- Cap de Creus

Suis-moi sur ma page officielle: